• Eh oui, la terrible rentrée des classes a bien eu lieu, les amis, il faut qu'on s'y fasse. Après un été qui, je l'espère, a été plein d'aventures pour vous les gars, nous voilà de nouveau aspirés par le vortex dictatorial de la poursuite de nos études/notre carrière professionnelle dans le but de devenir par la suite des adultes responsables.

    Cela me fait d'autant plus flipper que j'ai été projetée dans mon nouvel environnement universitaire extrêmement rapidement. Ma recherche d'appartement, mon déménagement et ma rentrée se sont enchaînés densément, intensément, et rapidement, si bien que je me suis sentie comme soudainement frappée à la gueule le jour de la rentrée (pas littéralement, hein, je précise) de telle sorte que je fus entraînée dans l'embrassant flot de responsabilités de ma vie d'étudiante version 2.0, sur lequel j'essaie désormais piteusement de construire un semblant de train-train quotidien afin d'éviter de me noyer dans tous ces changements qui bouleversent ma petite vie. Parce que déménager, même quand on n'est pas très loin de la ville qu'on quitte, ça fait drôlement chier.

    C'est la rentrée

    Quand on déménage dans une ville que l'on ne connaît pas, on a effectivement l'impression de débarquer dans un monde totalement et foutrement alien. Toutes les petites choses auxquelles on s'était habitué dans sa ville d'origine (les lieux que l'on fréquentait, les amis que l'on y avait, même les tiques de langages des habitants...) absolument TOUT a disparu dans la nouvelle circulation sensorielle incessante qui tourne autour de nous. Moi j'ai débarqué il y a trois semaines à peine dans cette nouvelle ville, cette nouvelle fac, cette nouvelle vie, et j'y ai débarqué définitivement toute seule. Don't get me wrong, vivre seul, c'est une bénédiction, et si vous vivez toujours chez vos parents, je vais juste twerker avec bonheur devant vous pendant quelques minutes depuis ma vie d'étudiante libre de toute autorité parentale ou presque afin de vous rendre jaloux =D

    Mais le fait est que je suis... seule. Vraiment. Je ne connais littéralement que deux personnes là où j'habite désormais, ce qui n'est pas mal, mais je n'ai l'occasion de les voir que beaucoup trop rarement, et je n'ai donc en définitive personne pour me réconforter physiquement, pour me faire sentir que je ne suis pas seule dans ce territoire hostile qui m'effraie à tel point que je passerais volontiers toutes mes journées cachée sous ma couette pour éviter le monde.

    MAIS MAIS MAIS je pense qu'il faut dans ce cas prendre le problème à l'envers, les gars. Lorsqu'on débarque dans un nouvel environnement, il faut faire son possible pour s'y sentir à l'aise, et au final s'y sentir chez soi, et je pense que ça pourrait se faire en trois étapes très simples.

    • ETAPE 1: Se familiariser avec son nouveau logement. Si vous avez déménagé loin de là où vous habitiez et que vous vous sentez mal, commencez par prendre le temps de décorer votre chambre: accrochez aux murs les posters des groupes que vous écoutez, parfumez vos vêtements, enfilez une nouvelle housse de couette, marathonnez-vous une bonne série avec du chocolat chaud, et laissez constamment un fond musical dans votre chambre. Votre logement vous paraîtra ainsi être plus comme un endroit qui se rapproche d'un "chez soi" si vous y faites ce que vous aimez et que vous aimez y être.

     

    S'habituer à un nouvel environnement

    La vue depuis mon balcon est quand même franchement cool.

    • ETAPE 2: Se familiariser avec sa nouvelle ville. Sortez, bon sang ! N'ayez pas peur de cette ville, elle ne va pas vous manger ! N'hésitez pas à même aller dans une Office du Tourisme si besoin pour demander des renseignements sur la ville où vous habitez désormais. Apprenez à connaître cet environnement considéré pour l'instant comme hostile avec un haussement de sourcil sceptique. Essayez de trouver les endroits où vous aimeriez vous rendre et entourez-les en rouge sur une carte de la ville. Personnellement, j'ai déjà repéré une boutique de thé (j'adore le thé, mon dieu, mais on y reviendra) et une papeterie artisanale, deux petites boutiques où je compte aller faire un tour incessamment sous peu.

     

    • ETAPE 3: Se créer de nouveaux souvenirs. Il n'y a qu'à partir de là que vous commencerez vraiment à vous sentir "chez vous". Invitez des amis chez vous, allez faire un tour dehors pour aller manger une pizza ou aller voir un film au cinéma ou que sais-je encore, et surtout, prenez beaucoup de photos. Faites-les développer et accrochez-les sur les murs de votre chambre pour qu'en plus des visages ridiculement souriants de vos amis proches, vous puissiez voir en ces clichés l'espoir de faire de votre passage dans cette ville un séjour inoubliable. Sauf si les photos sont merdiques. Auquel cas vous faites preuve de mauvaise volonté, bordel de merde !

     

    Je pense qu'il faut s'efforcer de voir un déménagement comme une opportunité de faire table rase du passé et de tout recommencer à zéro avec de nouveaux lieu, de nouveaux amis et de nouvelles opportunités. Il faut essayer de voir ça comme une bénédiction, pas comme une malédiction qui nous a pris tout ce à quoi nous tenions. Sinon vous allez vous faire bouffer par la nostalgie, les gars, c'est moi qui vous l'dit.

    Et vous, avez-vous déjà déménagé? Comment réagissez-vous en général quand vous débarquez dans un endroit que vous ne connaissez pas et qui vous met mal à l'aise? Avez-vous des recettes miracles contre ce sentiment d'awkwardness? Si c'est le cas, faites-le moi savoir dans les commentaires, et nous pourrons ainsi nous aider dans cette dure épreuve qu'est la vie.

    C'était Mlle. Ariane pour vous servir, mais qui donne des conseils qu'elle ferait bien de suivre elle-même !


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique