• L'illusionniste

    "- Ce n'est rien d'autre qu'une illusion. - Mais la vérité se cache peut-être dans l'illusion..."

    *****

    Amis du jour, bonjour; amis du soir, bonsoir!

    Il y a quelques mois, j'ai vu, ou plutôt, je me suis délectée devant le film David et Madame Hansen de mon cher et vénéré sieur Alexandre Astier. Et cette espèce de thriller psychologique (plutôt soft dans son genre, il faut se l'avouer) ne m'a pas tout de suite subjugée. Je le trouvais assez fade, en vérité. Bref, se passent quelques mois, durant lesquels j'ai, entre autres choses, eu l'occasion de savourer mes réflexions à propos de ce film... Quand soudain survient un autre film qu'à l'instant où je rédige cet article, je n'ai pas encore eu l'occasion de voir : Don't say a Word de l'américain Gary Fleder (Pas un mot dans la version française). Un film relatant l'histoire d'une jeune femme catatonique dont un psychiatre va venir s'occuper, d'après le synopsis que j'ai lu. Et soudain, ça m'a fait tilt, par rapport au long métrage d'Astier.

    Je me suis soudain prise d'affection pour un personnage issu de mon imagination alors fortement influencée par ces deux histoires, que j'ai nommée Elizabeth (comme dans Don't Say a Word, je crois... Mais je pense garder ce prénom ^^). Pour l'instant, elle n'a pas de nom de famile, mais ça viendra. Je vous laisserais découvrir un peu plus en détail ce personnage dans une nouvelle que je commence à écrire, mais en attendant, un one-shot, nommé Les larmes invisibles (encore un truc joyeux, youpi!) détourné de cette histoire qui naît dans mon esprit est d'ores et déjà disponible sur le blog. Je vous met le lien de l'article ici.

    Bref, j'ai commencé à chercher des films dans le genre fantastique/thriller/psychologique, afin de m'inspirer et de me donner des pistes de réflexions à explorer pour ma nouvelle. Et j'en ai trouvé certains... Et au détour d'un blog, je suis tombée sur DAT FILM OF THE DEATH. Non, pas à ce point-là, en fait, mais j'ai beaucoup apprécié. Voici l'affiche:

    Synopsis: Vienne, dans les années 1900. Surgit un jour le charismatique et mystérieux illusionniste Eisenheim, qui ne tarda pas à devenir l'homme le plus célèbre de la ville, l'incarnation vivante d'une magie à laquelle personne n'osait plus croire...

    Mais la gloire d'Eisenheim est intolérable au Prince héritier Leopold, dont la popularité décroît à mesure que grandit celle de ce showman consommé. Rationaliste convaincu, avide de pouvoir, le Prince a une raison supplémentaire de jalouser Eisenheim : ce dernier fut le grand amour de jeunesse de sa fiancée, la belle Sophie von Teschen, qui nourrit encore pour lui de très tendres sentiments.

    Décidé à écarter ce rival, Leopold charge son homme de confiance, l'inspecteur Uhl, d'enquêter sur l'illusionniste et de dévoiler ses impostures. Une partie serrée s'engage entre les deux hommes...

    Présentation: Il s'agit ainsi du film L'illusionniste de Neil Burger dont je vais vous parler aujourd'hui. Bien. Sorti le 17 janvier 2007, L'illusionniste, réalisé donc par l'américain Neil Burger, appartient, selon Allociné, aux genres Thriller, Fantastique et Drame. Il a fait plus de 280 mille entrées au Box-Office français, et a été récompensé par un prix au National Board of Review 2006, nommé dans trois catégories et festivals différents ; et diffusé deux fois hors-concours, au Festival de films américains de Deauville, et au Sundance Film Festival.

    Voici le casting: Edward Norton dans le rôle principal, soit Eisenheim; Paul Giamatti dans le rôle de l'inspecteur Uhl (personnage préféré, pour l'instant ♥); Jessica Biel dans le rôle de l'amour d'enfance du magicien, soit Sophie; et on a également Eddie Marsan dans le rôle de Joseph Fischer, un acteur que vous avez pu voir notamment dans les récents Sherlock Holmes aux côtés de Robert Downey Junior. BREF, je vous passe la bande-annonce:

    *****

    Mon avis: Je sais, comme ça, il a l'air super niais, avec cette histoire d'amour. Moi-même au début du film, j'ai cru que j'allais le zapper. Mais finalement, si l'histoire d'amour est présente, elle n'est que la base, et rien d'autre que la base, de quelque chose de plus intéressant. Ce n'est pas un film de romance, c'est un drame, qui traite des illusions que certains sont capables de faire naître pour parvenir à leurs fins. Et ce ne sont pas forcément des fins funestes.

    J'ai bien aimé ce film. On ne s'attend, dans un sens, pas à cette fin (pour ma part, j'étais morte de rire quand je découvrais le pot-aux-roses de ce mic-mac... Ca fait beaucoup de tirets, tout ça); dans l'ensemble, il est très original, et il soulève de véritables questions. Y'a-t-il vraiment une vie possible après la mort? L'âme survit-elle? Que signifie alors "mourir"? Est-il possible de se jouer des forces qui régissent notre univers (hasard et destin, espace et temps...)? Quelle est vraiment la part de vérité dans les illusions que l'on nous fait voir? Quelle est la part de vérité dans tout ce qu'on voit?

    Autant de question que... bah qui sont soulevées, certes, mais qui ne sont pas vraiment traitées. Dans ce film, on privilégie vraiment le scénario, et c'est au détriment du fond philosophique. J'ai trouvé ça hyper dommage de nous lancer sur des pistes comme ça et que juste après, ils nous coupent dans notre élan. A la fin de ce film (certes, j'ai trouvé ça super mignon, et j'étais même morte de rire, quelque part), je me suis sentie hyper frustrée. Dommage, y'avait vraiment matière à allonger le propos sur toutes ces questions. M'enfin, le rôle de l'illusionniste n'est après tout que de montrer, pas d'expliquer... On peut le prendre comme ça. Même si ça pourrait constituer une bonne excuse du réalisateur x)

    Note personnelle: 3/5

    Je ne sais pas s'il vaut son 3/5, mais bon, marre de mettre des chiffres à virgules :P Si jamais vous vous ennuyez, une fin d'après-midi venteuse comme celle que j'ai eue, vous pouvez vous lancer dans le visionnage de ce film. Bon, bien sûr, faut pas se couper un bout de saucisson en même temps, faut être un tant soit peu à fond, que diable! Mais en dépit de son côté drame, c'est un truc plutôt facile à regarder, et pas non plus spécialement poignant. Même si à deux ou trois reprises, j'étais scotchée sur mon siège, les yeux écarquillées, parce que ce que je voyais n'allait pas du tout avec ce que je pensais qu'il allait se passer par la suite.

    En bref: Je vous recommande donc ce film très sympa, original, intriguant et intéressant question philosophie. Un peu déçue par sa durée trop courte, le scénario un peu léger et commun sur la base, et par le fait que les questions soulevées ne sont pas traitées plus en profondeur.

    *****

    A plus les puces! J'espère que l'article vous a plu, et que s'il ne vous a rien appris sur un film que vous avez déjà vu, il vous a donné un point de vue intéressant. Qu'avez-vous pensé de ce film, vous?


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    x-miku-chan-x Profil de x-miku-chan-x
    Vendredi 23 Août 2013 à 23:01

    Oh ce filme a l'aire pas mal mais quelque peux ennuyant,ton article ma bien plus étrange que tu n'es pas plusse de commentaire '0' J'aime ce blog intéressant,avec un bon thème vraiment supper!!!

    2
    Mademoiselle Ariane Profil de Mademoiselle Ariane
    Vendredi 23 Août 2013 à 23:08

    C'est sûr que c'est particulier comme genre de film. Je suis pas révulsée à l'idée d'un bon gros film américain avec un Coca et du Pop-Corn dans le canapé, mais je n'en ferais pas mes films préférés, même si c'est bourré d'action. Tu vois c'que j'veux dire? ^^

    Heu je suppose que je suis trop méchante pour mériter des coms :P En tout cas, merci :)

    3
    x-miku-chan-x Profil de x-miku-chan-x
    Vendredi 23 Août 2013 à 23:29

    Ah je voix je voix.

    Méchante pourquoi donc?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :