• Dans la rue

    Les talons claquent, les portables cliquent, les mangeurs croquent. La rue est une foule en sueur qui s'engouffre par vagues assourdissantes dans un désordre ordonné. Chacun y file d'un point A vers un point B, et cette immense onde de plancton aveugle avale quiconque ne garde pas le cap qu'il s'est fixé.
    Aujourd'hui, il fait beau. Le soleil de plomb écrase une pluie fine qui s'infiltre dans les cicatrices du sol bétonné. Le vent gonfle des robes fendues sur les côtés, laissant apercevoir des jambes imparfaites, mutilées, tels les mâts brisés de navires détruits à coups d'éclairs et de rochers, si bien que sous ces voiles déchirées, il n'en reste que des carcasses grinçantes que les yeux de mouettes affâmées observent avec curiosité.

    Je fonce dans la tempête, mais on a tiré sur mon navire, et alors ma boussole d'affole. Je perd la lumière de mon phare, ma vue se trouble, et les iris crevés d'éclairs, je crache de l'eau et les vagues m'engloutissent, elles me noient. Plus lourde qu'un boulet, je coule au fond de l'eau, plus silencieuse qu'une bulle, j'éclate et je me vide, et je ne suis plus qu'une coquille qui dérive dans le courant du monde, alors que, fantôme d'un noyé qui danse, je hurle à des sourds qui marchent.


  • Commentaires

    1
    Samedi 24 Octobre 2015 à 14:39

    Bonjour, 

    Déjà j'aimerais te faire savoir que j'aime beaucoup dans ton blog! Le texte de ton entête m'a fait rire! 

    Et concernant ce texte-ci : il est vraiment bien. Tu as du talent. J'aime la façon dont tu joues avec les mots, tes métaphores, les choix des verbes, adjectifs... Nan vraiment il est super! 

    Lou

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :